Castelitteraire

Castelitteraire

THIAUCOURT, terroir sacré

 

 

 

 

600px-Blason_Thiaucourt-Regniéville_54_svg.png

                                                                                 Blason de Thiaucourt.

 

 

 

Introduction.

 

Un terroir peut-il n’être sacré que par et pour une religion ? Je ne partage pas cette opinion. Selon moi, il l’est aussi et surtout par la mémoire des souffrances humaines.

Par cette conviction, Thiaucourt l’est pleinement. Cette petite ville a conservé le souvenir de terrifiants combats. Comme en témoignent les deux nécropoles abritant les dépouilles de ceux qui se sont entretués, ne se connaissant pas. Qui sans la folie des hommes se serait regardé en amis et se serait offert l’hospitalité d’usage.

Thiaucourt a fait plus ! Elle a recueilli le souvenir de Regniéville. Village martyr entièrement détruit lors de la guerre qui devait être la dernière…celle de 1914-1918 !

Ainsi, les épargnés des fureurs guerrières ont pu trouver un havre pour leur douleur et conserver le souvenir de leurs ancêtres. C’est comme cela que naquit :

 

                                Thiaucourt-Regniéville.

 

Maurice Barrès a écrit : « Il est des lieux où souffle l’esprit… Illustres ou inconnus, oubliés ou à naître, de tels lieux nous entraînent, nous font admettre insensiblement un ordre de faits supérieur à ceux où tourne notre vie ». Je suis sûr que cela est vrai pour cette jolie ville chef-lieu de canton. D’autant qu’elle a donné en plus du dernier repos à tant de malheureux, plusieurs bons serviteurs à la Lorraine et à la France. Je ne manquerai pas de les honorer.

 

Mais il n’y a pas que cet héroïque passé, heureusement ! Il y a le site bucolique et sa jolie rivière qui en font un agréable lieu pastoral où il fait bon se détendre et se reposer. De nombreux gîtes ou chambres d’hôtes y favorisent le séjour.

 

TABLE des MATIÈRES

 

Introduction.

 

Première partie : l’Histoire.

 

        Quelques propos bien utiles.

        Ceux qui lui donnèrent son nom.

        Tout au long de « l’ancien régime »

        Les jours et les tracas.

        Tout n’est pas noir.

        Les promesses des temps heureux.

        Faits divers d’une période troublée.

        Allons enfants de la Patrie.

        Les fervents et les tièdes.

        La pompe de l’être suprême.

        Plus rien ne doit rester des anciennes superstitions.

        1795, année fluctuante.

        Toujours la fête.

        L’ère nouvelle.

        La fureur et les larmes.

        Thiaucourt, recueille Regnièville dans la discorde.

        On recommence.

        Les cimetières aide-mémoire. ;

 

Deuxième partie : ils ont honoré Thiaucourt.

 

Troisième partie : les ans et les jours.

 

        Aux Grands Hommes, l’hommage de leurs concitoyens.

        À la recherche de fonds perdus.

        On s’alarme à juste titre.

        Les jours passent.

        Les souffrances d’un Maire.

        La loupe et le phylloxéra.

        Démissions compliquées.

        Histoire de gros sous.

        Guerre scolaire.

        Les archives à la boucherie !

        De quoi je me mêle ?

        Les bains de rivière.

        Ne disparaissez pas en déambulant.

        Pigeons voraces.

        Fermer le ban.

        Le marché.

        On ne pourra y danser.

        Que la lumière soit.

        Les pommiers.

        Où bavarder et répandre les nouvelles et ragots : au lavoir, bien   sûr !

        Un petit train pour faire son chemin.

        Au long des jours sombres.

        Les noms douteux.

        Aperçu démographique.

        Conclusion.

 

Est Républicain :

 

Les Thiaucourtois et habitants du secteur ont envie d’en savoir un peu plus sur l’histoire du bourg et sont venus se procurer l’ouvrage de Jean Castelli « Thiaucourt terroir sacré » lors de la séance de dédicaces qui avait lieu en mairie.

Le livre traite de l’histoire de notre village jusqu’en 1945 avec de nombreuses anecdotes glanées dans les archives communales et départementales et dans les journaux de l’époque. On y trouve une partie historique, les hommes célèbres de la localité et la vie quotidienne des Thiaucourtois avec ses démêlés au cours des siècles, de quoi tenir en haleine le lecteur.

Il y a quelques années, l’auteur avait écrit « Un territoire à l’ouest de Thiaucourt » qui concernait neuf communes du secteur.

Rappelons aussi que Jean Castelli est avec Jacky Mangé à l’origine du salon « Des livres aux champs » qui a lieu chaque année au collège Ferdinand Buisson et regroupe une trentaine d’auteurs.

On peut se procurer l’ouvrage « Thiaucourt terroir sacré » sur le site : edilivre.com



15/02/2017
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 13 autres membres