Castelitteraire

Castelitteraire

Histoire d'un terroir (ouest de Thiaucourt)

 

         

                                       

 

  

           La voie romaine à Pannes, elle est devenue bien bucolique ! (photo J.F.Heymelot)

                                                         

              

  Je me suis arrêté à Pannes  et à :

                         

                                              

                                                                                   Bouillonville, Essey et Maizerais, Euvezin,

 

                                                                                   Flirey, Limey, Saint-Baussant et Seicheprey.

 

                                                                                   Beaumont, (canton de Domèvre en Haye).

 

                                                  

 

Il est des terroirs qui semblent oubliés. Aucune ville importante n'y existe. Aucune voie guerrière ne les traverse. Aucun fleuve grandiose ne les arrose, mais une charmante rivière : le Rupt de Mad. Les citadins qui vont se délasser au lac de Madine, passent sans voir

         L'histoire elle-même semble ne les avoir jamais marqués de ses tribulations. Pourtant lorsque l'on y regarde de plus près, les villages qui y sont implantés ont vécu comme tous les autres des moments grandioses, d'autres plus tragiques, et toujours intéressants.

         Ils ont comme les autres participé à l'histoire de la Lorraine et ensuite de la France. Ils ont eu leur lot de misères dues aux guerres et aux exactions des puissants. C'est pourquoi j'ai eu envie de les faire sortir de l'ombre.

         Leurs habitants ont dû comme partout se battre pour vivre, ou survivre. Ils étaient laboureurs puis cultivateurs ou artisans et même nobles ou pour le moins notables.

         Les villages objets de mon propos sont situés dans une sorte de triangle, délimité au Sud par la route de Pont-à-Mousson à Commercy ; à l'Est par la route qui mène à Verdun ; à l'Ouest c'est la limite du département de la Meuse que je ne franchirai pas.

 

         Je n'écrirai rien sur l'actuel chef-lieu de canton : Thiaucourt-Regniéville, cette petite ville est bien connue, surtout pour ses cimetières militaires, qui témoignent des combats des deux guerres du XX° siècle. Elle a donc depuis longtemps attiré l'attention des historiens.

         Je serai amené à écrire sur deux villages, entièrement détruits pendant la guerre de  1914-1918 :Regnièville et Remenauville et à jamais disparus.

            « Q'une guerre soit réellement juste, nul ne saurait l'affirmer avant la paix » G.Bernanos.        

               "Rien n'excite plus à l'holocauste que la rancoeur pour une défaite. Ainsi nous apprenait-on à vivre, père et fils, en nous racontant comme il était beau de mourir"

                         Umberto Ecco dans "la mystérieuse flamme de la reine Loana

 

  

 

Le Montsec et son monument dédié aux américains morts à la Grande guerre domine ce terroir. Au premier plan l'entrée du village de Pannes. (photo J.F.Heymelot)

 

                    

  page 6 :

 Pannes énorme coquetier ? 

 

         Ce n'est pas péjoratif, dans ce village, qui s'appelait alors Pana, il semblerait qu'une activité de poterie s'était développée très tôt, en raison sans doute de la marne grise qui compose son sol. Un commerce florissant s'y était développé, du à la position du village vers lequel convergeait les routes venant de Montsec, Mars-la-Tour, Hannonville-au-Passage (actuellement Hannonville-sous-les côtes). Pour le franchissement de la route de Montsec, existait au lieudit Charia, un pont romain d'une seule arche, qui renfermait des monnaies romaines. Détruit en 1840, refait il permet l'accès au lac de Madine.

         Lors de la construction du presbytère en 1828, on mit à jour des substructions calcinées et les traces d'une villa. S'y trouvaient des monnaies en bronze à l'effigie des empereurs Néron, Septime Sévère et d'autres. Y était aussi une statuette de la déesse Hygie.

         La déesse Hygie était fille d'Esculape, (dieu grec de la médecine), Sa fonction était d'enseigner aux humains les manières les plus saines de conduire leur vie, d'où le terme "hygiène".

         Le déblaiement d'un puits de plus de 10 mètres de profondeur, taillé dans la roche, permit la découverte de débris d'amphores, de poteries étrusques et romaines, des vases cassés ou entiers et une statuette de Vénus.

         J'en viens au coquetier. Toujours dans ce puits, on trouva des coquilles d'�ufs et des fragments de poteries couverts d'une substance translucide, ressemblant à de l'ambre, qui semblait être un aggloméra de blanc et de jaune d'�uf ? Dommage que l'on ne connaisse pas l'utilité de ce puits.

         Sur les poteries, on pouvait lire les noms suivant : Cassius, Condari, Focca, Scotto, Voca, Virtus. Etait-ce vos plus lointains ancêtres , ou simplement les marques de fabricants d'ailleurs. On a vu en effet que des récipients étrusques avaient été trouvés dans les fouilles, signes d'un commerce étendu bien au-delà du petit territoire étudié.

         En effet Pannes était raccordé par la route vers Hannonville-Suzémont à la grande voie Reims-Metz. (De Durocortorum à Divodorum)

 

         Témoignent de l'importance de Pannes, gallo-romaine, les traces de plusieurs villas situées aux lieudits : Haut du grand camp et Epinottes.

 

page 15

 

Bouillonville.

 

         Au XIX° siècle ce village était renommé pour ses vins, produits au lieudit "le Fer à cheval", qui aurait appartenu à la famille de Clermont-Tonnerre. Comme les temps changent !

 

                                        

  

 

 

Sans aucun doute ce village est très ancien. Il existe une charte du 25 novembre 875, confirmation par Louis le Germanique des biens de l'abbaye Sainte-Glossinde (de Metz) dans laquelle figure Bodulfivilla. En 933, on trouve cette commune dans les propriétés de l'abbaye de Gorze.

         En 1267, il y existe un moulin à eaux, tenu par un certain Warnier, propriété de l'abbaye ci-dessus. En 1279, l'abbé de Gorze cède à Thibaut, comte de Bar ce qu'il avait en ce village.

         Ensuite comme dans les autres localités, on constate le morcellement entre quantité de tenants. On remarque les noms de Joffroy de Nonsart, Ascelin de Bouconville, Aubert de Boncourt, Jean d'Apremond, Régnier de Manonville, de Linange, Antoine de Rosières et d'autres.

         En 1343, messire Gérard, curé de Pannes et archidiacre de Gorze, un personnage important, vend à Alard de Thiaucourt tout ce qu'il a à Bouillonville.

         A cette époque, Bouillonville était du diocèse et de l'officialité de Metz. Le curé était désigné par les seigneurs. Le mayeur (maire) y avait la juridiction de première instance. En 1709, la haute et basse justice appartenait à la famille de Rosières. Il y avait cette même année 30 habitants, les ravages de la guerre de trente ans avaient sévi.

         C'est un village semi-troglodyte. L'existence d'un hôpital militaire pendant la Grande guerre, évita au village d'être bombardé et détruit.

         C'est d'ailleurs un des rares villages à ne pas avoir de monument aux morts de la Grande guerre : il n'y aurait  eu qu'un seul nom à y inscrire. 

  

                                     * * *

Ils étaient plus d'une vingtaine à répondre à l'invitation de Jean Castelli, installé à la CC3V, à l'occasion de la présentation de son futur ouvrage intitulé « Histoire d'un terroir, Ouest de Thiaucourt ». Un secteur découvert un peu par hasard à l'occasion d'un rallye dans les années 70, qui le conduisit à Pannes. Plusieurs années après, c'est dans ce même petit village que son fils André épouse Marie-Line, la fille d'Henri Heymelot, maire de la commune. Dès lors, il se prend de sympathie pour la famille et pour un terroir qu'il va honorer de sa plume distrayante et sagace à l'image de la citation de Voltaire qu'il se plaît à rappeler, « il faut s'instruire dans la gaieté, le savoir triste est un savoir mort ». Une phrase illustrant parfaitement l'écriture et la façon de s'exprimer de ce personnage fascinant et très attachant.

Les tribulations du passé

 

 

Ses promenades et découvertes vont aiguiser sa curiosité et  l'entraîner     à s'intéresser de plus près à l'histoire de neuf villages. Il puisera dans les archives départementales et communales pour faire jaillir la mémoire de Bouillonville, Essey-et-Maizerais, Euvezin, Limey, Flirey, Pannes, Saint-Baussant, Seicheprey et Beaumont, localités dans lesquelles des trésors de récits du passé sont mis en lumière. « Il est des terroirs qui semblent oubliés. L'histoire elle-même semble ne les avoir jamais marqués de ses tribulations. Pourtant les villages qui se sont implantés ont vécu comme tous les autres des moments grandioses, d'autres plus tragiques mais toujours intéressants », indique l'écrivain qui se veut iconoclaste. Un ouvrage appuyé sur des documents, objets et témoignages incontestables et soigneusement vérifiés. La saga épouvantable des curés de Flirey qui, durant un siècle, ont mis le village à rude épreuve, ou les historiettes des pauvres gardes champêtres, très mal considérés à cette époque, ou encore l'épisode consacré au petit train dans la campagne, le Toul-Thiaucourt, sans oublier les éboulements de Bouillonville, la Révolution et la tentative de coup d'Etat à Beaumont et bien d'autres évènements qui auront marqué leur époque, sont des tranches de vie parfois insolites et pourtant bien réelles qui apporteront un nouveau regard sur le territoire. Un livre illustré de documents, courriers, photos... à se procurer pour son plaisir personnel ou à envoyer aux éloignés de la terre natale. 

                                                       Danie Bartoli. Est Républicain. Avril 2009. 

  

                                                            Danie Bartoli. Est Républicain 6.12.2010

                                                          * * *

 

                   Est Républicain du 25 janvier 2011 rédactrice Valérie Richard.

                                                       * * *

Le "Pays Lorrain" de mars 2011 : article de Madame Carolus Curien.

  

 

 

 



27/12/2007
6 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 13 autres membres